Envie(s) d’ailleurs

Elle vient d'où cette envie, d'ailleurs ?

"Ils ont besoin d'ailleurs pour être eux-mêmes" : le magazine Psychologies explique ce besoin, entre fuite et conquête, de partir au loin pour mieux se trouver.

Et si vous n'avez pas la bougeotte, écoutez ces dix chansons. Nul doute que vous finirez par vous demander, comme les Clash : "Should I stay or should I go?" (Dois-je rester ou partir ?).

 

"Ailleurs", c'est où d'abord ?

Les cyclistes iront jusqu'où les mèneront leurs mollets et seront certains de trouver un hébergement chez l'habitant (Warm showers).

Les snobs et les esthètes prendront le mythique Orient -Express, ce train de luxe qui leur fera traverser l'Europe.

Les moins fortunés se contenteront du métro, mais ils choisiront les plus belles stations du monde.

Ceux qui n'ont plus rien à perdre choisiront le voyage vers Mars : un aller simple, sans retour.

Et tous se méfieront des plages ensoleillées qui ne sont pas toujours hospitalières, loin de là.

 

Un petit souvenir pour la route ?

Celui qui a satisfait sa soif d'ailleurs, lointain ou proche, en ramène bien souvent un petit souvenir.

Le plus classique reste bien sûr la photographie. Les clichés de Murad Osmann nous transportent ainsi dans le monde entier. Il suffit pour cela de ne pas lâcher la main de sa fiancée.

Partis étudier à l'étranger avec le programme Erasmus, quelques étudiants sont revenus un amour tout neuf et un bébé dans leurs bagages.

Les plus hardis reviendront avec des tatouages qui parlent de rêves et de voyages....

D'autres, enfin,  ne ramèneront avec eux qu'une seule chose :  une nouvelle envie d'ailleurs.